Portrait /Terre Intérieure / Hilda Vaelen

Entretien rédigé par Xavier Lechien, mai 2014


Le Bonheur comme objectif professionnel !

Alors que le Bhoutan, petit pays situé à l’est de la chaîne himalayenne, présente, depuis de nombreuses années, le Bonheur National Brut comme élément indispensable au développement de son peuple, nous avons souhaité approcher une professionnelle occidentale qui fait de son fond de commerce le bonheur de chacun.

Hilda Vaelen est liégeoise d’origine et s’est installée, il y a une quinzaine d’années, sur le territoire durbuysien.

Si sa localisation à Grande Enneille peut faire sourire certains au vu de son activité professionnelle, nous tenons à préciser d’emblée qu’il n’y a lieu de faire aucun amalgame entre son ASBL Terre Intérieure et la feu organisation Terre d’Enneilles.


ADL : Quelle serait, en quelques mots, la plus-value de votre métier ? Quel est l’objectif que vous poursuivez ?

Hilda Vaelen : Nous rencontrons tous, au fil de la vie, des obstacles d’ordre privés ou professionnels. La manière dont nous allons les gérer, y faire face ou les subir, va influencer la suite de notre existence. Ce que j’aimerais que les participants retiennent comme message de mes formations, c’est qu’ils sont en mesure de faire le tri parmi toutes les informations reçues, tout le temps, que tout n’est pas toxique, mais qu’il est important de prendre du recul ! Si vous voulez, en d’autres mots, je prône de la pleine conscience pragmatique. Il est temps d’apprendre à se refaire confiance.

ADL : Et ceci passe par le contenu oral dans vos formations ?

H.V. : En partie, bien sûr. Cela passe surtout par les changements que chacun va mettre en place dans son quotidien : une meilleure alimentation, un rythme quotidien plus cohérent avec ses objectifs personnels. Il est nécessaire d’accepter un certain temps de maturation, mais cela peut aller vite. L’apithérapie, l’aromathérapie, le recours aux huiles essentielles et les autres techniques que je recommande ne sont que des portes d’entrée pour provoquer un changement. S’il n’y a pas, en arrière plan, une volonté de changement, rien de durable ne s’installera. Je me situe en plein dans la prévention à la santé.

ADL : Qui sont vos clients ?

H.V. : Beaucoup sont infirmiers, kinés, issus du monde de la santé. J’ai aussi, de temps en temps, des médecins ou des citoyens lambda qui souhaitent trouver des clés pour ne plus tricher avec eux-mêmes. La plupart d’entre eux s’inscrivent à mes formations et, très peu, souhaitent un suivi personnalisé, de type thérapeutique. Mais ce n’est pas là mon métier premier. Je travaille avec des groupes de 12 personnes maximum. Ou alors je donne des conférences à un plus large public.

 

ADL : On peut lire sur votre site internet : « D’un voyage extérieur à un voyage intérieur ». Pouvez-vous nous en dire plus ?

H.V. : Je suis formée en tourisme à la base et j’ai travaillé pendant 20 ans dans une agence de voyages à Liège. J’ai accompagné de nombreux groupes à l’étranger. Principalement des personnes du 3e âge autour du bassin méditerranéen. Mais progressivement, avec l’évolution du tourisme, je ne me sentais plus à ma place. Et lors d’une vague de licenciements à l’agence, j’ai demandé à partir. Je me sentais de plus en plus interpellée par les changements intérieurs provoqués par ces voyages chez les clients. Et j’ai voulu davantage soutenir ce chemin intérieur. C’est un vrai bonheur que de voir le changement opérer chez autrui !

ADL : Comment organisez-vous votre publicité ?

H.V.: J’ai publié quelques annonces dans "Bio info" ou dans "Agenda Plus". Aujourd’hui, c’est surtout le bouche à oreille qui fonctionne. Mon site internet (TerreIntérieure.be) ou celui de l’Olivier asbl sont utiles, mais je suis assez peu branchée nouvelles technologies (Facebook, Twitter, Youtube). C’est sûrement un tort car je me prive de toucher tout un jeune public. J’ai aussi eu un article dans le magasine "Psychologie". Je suis toutefois surprise de voir à quel point il est moins facile de pénétrer le marché rural luxembourgeois. Ma visibilité dans le Brabant wallon est plus rapide.

ADL : Votre propre formation continue est-elle importante dans cette matière ?

H.V. : Terriblement. J’ai un bagage de 4 années de formation de base en naturopathie et plusieurs formations en apithérapie, mais cela ne suffit pas. Savez-vous que, tous les jours, des chercheurs font de nouvelles découvertes sur les propriétés du venin d’abeille, de guêpe ou de frelon ? Les sciences neuro-cognitives aussi font des progrès énormes. Notre cerveau est un organe qui n’a pas fini de nous surprendre. Donc, oui, je suis moi-même des formations sur toutes ces matières. C’est passionnant ! Il y a 15 ou 20 ans, nous passions pour de doux rêveurs mais, avec le temps, de plus en plus de personnes reviennent à des principes pour une vie saine et équilibrée. La capitalisation à outrance, la spéculation financière sont à proscrire à partir du moment où elles ne permettent qu’à certains de s’enrichir. C’est lorsque nous aurons compris que nous jouons tous dans un jeu collectif que nous aurons fait un pas de plus en avant…

ADL : Que conseilleriez-vous à quelqu’un qui voudrait se lancer ?

H.V. : De ne pas se précipiter, ni de vouloir gagner des mille et des cents. Dans les métiers à relations humaines, l’expérience a beaucoup d’importance. Ne dit-on pas que plus on rencontre les Hommes, plus on devient humain ? Il y a donc un temps pour mûrir sa propre destinée. Ensuite, je fais ce métier car c’est là que se trouve mon équilibre. Je ne gagne pas plus que lorsque j'étais agent de voyage, je vis simplement, mais je suis libre de mes mouvements. C’est un choix à accepter.

Terre Intérieure asbl
Hilda Vaelen
Grande Enneille 96 - 6940 Grandhan
Tél./Fax : 086 32 11 00
www.terreinterieure.be - hilda.vaelen@skynet.be



Retour à la newsletter