Portrait / Fabienne Delvaux - Le Labyrinthe

Par Marie-Agnès Piqueray, septembre 2008


©CCILB
 

En cette fin de saison estivale, nous avons choisi de vous présenter,
dans cette rubrique « portrait »,
Fabienne Delvaux, co-administratrice
de l’a.s.b.l. Labytourisme.

 

Le Labyrinthe, c’est :

- 2 administrateurs
(Fabienne Delvaux et Jean-Luc Arendt)  
- 1 employée plein temps en Belgique +
1 employé plein temps au Québec
- une équipe artistique de 25 à 30 personnes +
50 étudiants engagés chaque saison


ADL: Madame Delvaux, comment est né le concept du Labyrinthe et comment a-t-il évolué ?

F.D.: En 1997,  après avoir vu une réalisation de labyrinthe en France, Jean-Luc Arendt a proposé le projet à la Jeune Chambre Economique de Durbuy (JCE), dont nous étions tous les deux membres à l’époque.  Celle-ci a accepté le projet et l’a rapidement mis en place et ce, pendant deux années.  Portés par le projet, Jean-Luc et moi avons ensuite créé une a.s.b.l. afin de poursuivre l’activité.  Nous en sommes aujourd’hui à la 11 ème édition ! Il y a deux ans, nous avons exporté le concept au Québec.

ADL: Sur base de quels critères avez-vous choisi Barvaux comme lieu d’implantation d’un tel projet ? 

F.D.: Trouver un terrain suffisamment grand pour la réalisation du labyrinthe (+ parking) n’a pas été facile.  Après avoir exploré la piste de Monteuville, nous avons opté pour Barvaux
en complémentarité avec Durbuy Vieille Ville et pour aider Barvaux à sortir du climat récessif de l’époque. (Notons que Fabienne Delvaux était alors commerçante à Barvaux.)
L’implantation d’un tel projet peut jouer un rôle important dans la dynamisation d’un village.
La notoriété de Durbuy fut un avantage au départ pour localiser rapidement le labyrinthe.  Nous avons même dû faire une campagne d’information par la suite pour préciser qu’il se situait à Barvaux et non à Durbuy.

ADL: Quelles difficultés avez-vous rencontrées au départ ?

F.D.: La principale difficulté fut naturellement le côté financier.  Alors que nous pensions injecter au départ un montant de 3 millions de BEF, il s’est avéré que 12 millions étaient nécessaires !
Au départ, nous avions peu de crédibilité aux yeux des « prêteurs ».  Grâce à l’appui de certains médias, nous avons pu rassembler les fonds.

ADL: Et maintenant, d’autres difficultés ?

F.D.: Un problème important auquel nous sommes confrontés est celui de l’engagement de personnel. Comme nous travaillons à haut régime pendant 3 mois, il est difficile d’engager du personnel à l’année.  Dès lors, nous n’offrons pas d’évolution de carrière et devons compter sur un personnel tout de suite performant.
Une seconde difficulté rencontrée est le peu de recul et de temps que nous avons Jean-Luc et moi pour faire évoluer le concept puisque nous travaillons constamment à la gestion quotidienne du Labyrinthe.
De plus, à cause de la récession économique, nous avons de moins en moins de sponsors, élément financier essentiel à la survie du projet.  

ADL: Quelles sont, selon vous, les clés du succès ?

F.D.: La médiatisation du projet et la sympathie de la presse ont été des facteurs déterminants au succès.  Le caractère « nouveauté » a joué également un rôle important au début.

ADL: Travaillez-vous en partenariat avec d’autres acteurs économiques de la Commune ?

F.D.: Oui, principalement avec le secteur Horéca.  Nous organisons ensemble des actions spéciales.
Nous sommes également partenaires du réseau Ardennes Attractions.
Généralement, si nous travaillons en partenariat, c’est avant tout par solidarité et parce que nous sommes sensibles aux retombées économiques dans notre Commune.

ADL: Quels sont les objectifs prioritaires pour les années à venir ?

F.D.: Le développement à l’exportation.  Nous avons régulièrement des demandes de l’étranger (Pologne, Israël, Ile Maurice, Slovaquie, Mexique, …).  Nous souhaitons implanter nous-même le projet à l’étranger et ensuite le revendre.

ADL: Y a-t-il quelqu’un pour vous aider dans vos démarches ?

F.D.: Oui, nous sommes assez bien soutenus par la Chambre de Commerce et de l'Industrie du Luxembourg belge. Grâce à elle, nous avons, entre autres, participé au salon Futurallia rassemblant 1.000 chefs d’entreprises du monde entier. L’Agence Wallonne à l’Exportation nous aide également au point de vue financier.

ADL: Quels conseils pouvez-vous donner à ceux qui voudraient « se lancer » ?

F.D.: C’est avant tout de croire en son projet, de tenir bon malgré les embûches rencontrées sur le parcours.  C’est aussi d’avoir de la rigueur et de l’empathie.

ADL: Pouvez-vous me parler de votre parcours professionnel ?

F.D.: Après des études scientifiques, j’ai travaillé dans le service commercial d’une société de transports tout en effectuant parallèlement un 3ème cycle en Administration des Affaires.
Ayant le goût de la gestion, j’ai lancé moi-même une société de transports et ensuite, repris un commerce à Barvaux (Coccinelle).  Je l’ai redressé et développé tout en participant au démarrage du Labyrinthe.  Il y a 4 ans, j’ai cédé le commerce pour me consacrer entièrement à l’a.s.b.l. 
J’aime les défis !

ADL: Et Jean-Luc Arendt ?

F.D.: Jean-Luc est vétérinaire de formation et a toujours exercé ce métier.  Il travaille à temps plein pour l’a.s.b.l. depuis janvier 2008.

ADL: Que retire-t-on personnellement d’une telle expérience ?

F.D.: Cette expérience m’a permis de grandir.  En effet, il faut avoir les épaules solides pour faire face aux obstacles de toutes sortes.  Je me rappelle notamment le refus d’autorisation de la part du département agricole du Québec la veille de l’ouverture du Labyrinthe ! 
J’ai appris aussi qu’il était important de s’organiser, d’avoir de la rigueur et des connaissances dans un tas de domaines : la gestion, le marketing, le droit, …
Enfin, les nombreux contacts que j’ai échangés (surtout à l’étranger) ont été riches et m’ont permis de rencontrer des personnes très intéressantes.

ADL: Votre plus grande satisfaction ?

F.D.: L’implantation du labyrinthe au Québec.

L’ADL remercie Madame Delvaux d’avoir répondu à ses questions et souhaite une bonne continuation
à toute l’équipe du Labyrinthe dans ce dynamique projet.

ASBL LABYTOURISME
Grand Rue 16 - 6940 BARVAUX-SUR-OURTHE
Tél. : +32 86 21 90 42 - Fax : +32 86 21 32 66
info@lelabyrinthe.be
www.lelabyrinthe.be


Retour à la newsletter